Sixt-Fer-à-Cheval – Le Bout du Monde

cirque du fer a cheval – bout du monde (A/R)

Durée : 2h    –    Dénivelé : 330m    –    Distance : 10km

Très jolie balade familiale sans grosse difficulté technique qui se déroule le long de la rivière du Giffre. Le départ se trouve face au cirque du Fer à Cheval dans un grand pré au niveau du Chalet de la Réserve et la balade s’effectue le long du cours d’eau dans la combe jusqu’à une petite montée menant au Bout du Monde offrant une très belle vue sur la vallée et les cascades. L’aller s’effectue d’un côté de la rivière et le retour de l’autre. Deux petits ponts permettent de changer de rive au grès des envies de chacun !

Nous attaquons notre petite balade après s’être garé au parking payant un peu plus bas (5€ tout de même mais reversé à la réserve) au niveau du grand pré du Chalet de la Réserve. Beaucoup de monde déjà ici, mais c’est une balade typée vraiment familiale et donc très accessible. Il y a même un petit centre équestre avec chevaux et poneys pour balader.

La météo est parfaite ! Il était juste censé pleuvoir… comme quoi il faut toujours attendre de voir en montagne ;)

Nous suivons un sentier plat le long de la rivière du Giffre.

Le long des falaises Est qui disposent de moins de temps d’ensoleillement on peut observer de nombreux névés boueux avec des tunnels formés par les eaux ruisselantes en dessous.

La beauté de ce site se révèle notemment par sa multitudes de cascades qui jaillissent des falaises le long de la combe.

Nous apercevons déjà le bout du monde au fond, l’arrivée promet d’être superbe.

Nous longeons toujours pour le moment le Giffre.

L’une des rares cascades où l’on peut aller observer sa chute.

Nous traversons la rivière sur un petit pont de singe amusant et attaquons la montée vers l’arrivée.

La vue sur la vallée est juste superbe.

Pour ma part je m’arrête une 20aine de mètres en contrebas du bout du monde, plus la force d’avancer avec petit bout dans le ventre qui s’exprime ^^ Alors pendant que Mr grimpe les derniers mètres pour découvrir la fin, je profite du spectacle et de l’immensité du site qui s’offre à nous avec ces falaises rocheuses et ces cascades en pagailles.

Nous profitons de cette pause pour pique niquer avant de repartir en sens inverse, beaucoup plus simple pour moi… de la descente :)

Nous sommes cette fois-ci sur la rive Ouest du Giffre et les falaises un peu plus tôt à l’ombre sont maintenant ensolleillées.

Nous repassons devant le lac aperçu dans la matinée mais dont nous n’avions pas pris le temps d’apprécier car c’était le départ, et oui on part toujours sur les chapeaux de roues !

     

La balade est terminée, mais nous profitons du grand pré au départ pour siester un petit peu au soleil et profiter des vues superbes sur le cirque du Fer à Cheval qui nous encercle.


  • Info pratique :

Nous passons la nuit au camping du Pelly situé a 5min à pied du départ de la randonnée. Nous le recommandons vivement, le propriétaire est adorable, les emplacements face au cirque et la fondue savoyarde peu coûteuse et savoureuse au petit resto. Il n’y a pas grand monde et nous sommes aux alentours du 20 Août donc normalement encore en saison.

A savoir que si vous décidez de passer la nuit à ce camping, il faut penser à le préciser à l’entrée du parking payant qui vous exonère des 5€. Le camping vous fournira un laisser passer pour ne plus être embêté.

     

Belledonne : Le refuge de la Pra

Bois de Freydière – Lac du Crozet – Col de la Pra (A/R)

Durée : 6h    –    Dénivelé : 970m    –    Distance : 16km

Après en avoir entendu parler tant et plus, voilà enfin ma première randonnée dans le très beau massif de Belledonne. Au programme, un allée/retour jusqu’au Refuge de la Pra avec un pique nique sur le plateau car le refuge n’est pas encore ouvert à cette saison. Météo superbe au départ mais le temps se sera couvert pour notre arrivée au refuge.

Nous partons depuis le parking situé dans les bois de Freydières, attention la route est cabossée donc 2 options, soit on part de plus bas…soit on prend la route cabossée pour se garer au bout et gagner quelques mètres de dénivelés :)

La première partie de la rando est essentiellement forestière et en grimpette, mais au moins ça permet de se mettre en condition !!

Puis tout doucement on sors de la forêt pour apercevoir les premiers sommets de la chaîne qui sont encore enneigés, nous ne sommes que fin Mai.

Nous arrivons au Lac du Crozet où nous profitons d’une petite pause et surtout du paysage. Nous testons l’eau du lac qui est glaciale mais les couleurs de celui-ci sont superbes !

Nous continuons est arrivons sur un autre versant du lac qui quant à lui est encore gelé !

Nous continuons de grimper en direction du col de la Pra, le lac dans notre dos, et les contreforts du Vercors au loin.

Les névés se sont de plus en plus nombreux au fur et à mesure de notre ascension et les cascades rugissent parmi le calme environnent.

Nous avons du trouver un passage pour sauter par dessus le cours d’eau, nous n’avions pas la témérité de passer sur le pont de neige :/ et puis nous avons continuer a vadrouiller parmi les névés et les éboulis pour trouver notre chemin.

Nous voilà enfin arrivé au Col de la Pra, le refuge se situe 300m plus bas. Les nuages montent avec nous et ne nous quitte malheureusement pas d’une semelle !

La vue sur le plateau et les sommets est superbe. Pour ce printemps 2017, les sommets sont relativement encore bien enneigés.

Nous prenons donc la direction du refuge et surtout du plateau en contre bas afin de se trouver un petit coin de pique nique au bord de l’eau.

Nous pique-niquons juste au bord de l’eau, le temps est frais et les nuages font des vas-et vient incessants dans le couloirs entre les deux vallées. En effet, le refuge de la Pra est aussi accessible par un autre chemin un peu plus escarpé et physique que celui que nous avons emprunté.

Nous descendons un peu de l’autre coté pour profiter de la vue d’ensemble avant de repartir en sens inverse et revenir au parking.

Belle randonnée malgré les nuages qui nous on rejoints à une vitesse folle ! Nous la referons aux beaux jours en Août afin de profiter de toute la beauté du site aujourd’hui endormie mais aussi pour profiter du repas excellent qu’offre le refuge à savoir gratins de raviolles et tarte aux myrtilles Mmmm :)

La Maurienne : Les Karellis – Casse Massion

les karellis – casse massion

Durée : 3h    –    Dénivelé : 700m    –    Distance : 10km

Dernière randonnée de notre belle série en Maurienne, le sommet Casse Massion qui surplombe justement notre village petit d’Albiez-Montrond. Mais pour s’y rendre il faut d’abord contourner la chaîne montagneuse et aller dans l’autre vallée parallèle. Niveau météo…belle frustration ! Beau temps pour le départ, orages à l’arrivée sur les crêtes :/

Nous attaquons la randonnée par le village des Karellis, après une petite partie forestière, nous débouchons sur des sentiers rocailleux où les amateurs d’ardoises seront ravis !

Une mini cascade s’écoule sur ces belles et grandes plaques.

Le sentier se poursuit sur une nouvelle partie forestière. Celle-ci étant vraiment très escarpée vu d’ici.

La forêt ne ressemble pas à tous ce dont on a pu voir dans le coin, c’est la beauté des randonnées… aucunes ne se ressemblent !!

La première partie de montée en forêt est terminée, nous arrivons à ce petit refuge en même temps que les nuages.

Après une petite halte rafraîchissante, nous prenons le sentier de crête qui nous amène au fameux sommet Casse Massion.

Le sommet se dessine devant nous, mais au fur et à mesure de notre avancée, les nuages sombres de la vallée remontent et commencent à nous aveugler de notre point d’arrivée.

Nous continuons un maximum, jusqu’à ce que le tonnerre gronde au dessus de nous…étant sur une crête, nous préférons prendre nos jambes à notre cou et bifurquons sur le sentier de retour juste avant la dernière montée au sommet. Retour plutôt rapide du coup à courir entre les névés et les éboulis d’ardoises !

Plus bas, le tonnerre gronde toujours mais nous nous arrêtons de courir, nous sommes plus à l’abri maintenant dans les sous-bois. Nous passons dans des jolies passages rocailleux de nouveaux et avons droit à notre « minute escalade ».

La fin de la balade jusqu’au parking se passe en partie forestière.

Nous avons eu la chance d’apercevoir une belle marmotte dans notre descente, celle ci faisait une sieste sur le tronc pendant que certaines COURRAIS POUR LEUR VIE !! Elle a gentiment posé un peu avant de déguerpir se réfugier dans sa tanière.

La Maurienne : Col de Cochemin – Le Grand Châtelard

Col de Cochemin – le grand chatelard

Durée : 5h40    –    Dénivelé : 900m    –    Distance : 11km

Une seconde randonnée sur les magnifiques crêtes qui surplombent la vallée de la Toussuires au départ du petit village de Jarrier. Super temps au départ qui nous aura accompagné tout le long et nous laissant profiter d’une vue panoramique à 360° grandiose !

Nous sommes montées par le Col de Cochemin, et après un joli passage sur un plateau nous sommes arrivées au Grand Châtelard avant d’entamer la redescente par les alpages.

Nous attaquons notre randonnée depuis un parking situé sur les hauteurs du petit village de Jarrier (Léard). Nous attaquons par une petite partie forestière avant de déboucher dans les prairies où se régalent les belles tarines.

Ce début de randonnée est à la fois sportif avec une belle partie de montée en pleine chaleur (car nous avons eu des températures très clémente pour fin Mai) et à la fois reposante par ses prairies traversées et clairsemées de quelques très beaux chalets.

Derrière nous se dessine au loin les Aiguilles d’Arves, que nous apercevons pour la première fois d’aussi loin ! Le mont Charvin est encore dans les nuages.

Certe en hiver cela se complique… :/ mais qui ne se verrai pas dans un coin pareil, entourés d’arbres et de prairies…un petit ruisseau qui coule un peu plus loin… une vue imprenable sur les sommets…n’est-ce pas reposant?

Nous voyons se dessiner devant nous le Col de Cochemin, qui nous permettra d’atteindre les crêtes et d’y balader dessus. Encore un peu de montée avant d’y arriver !

Nous partirons sur la gauche de la crête afin d’aller au Grand Châtelard.

La montée est rude sur cette dernière partie mais la vue est surprenante, on aperçoit un bout de la crête qui part dans la vallée de la Touissuire, lieu de départ de notre Raid de 2 jours organisé à la fin notre semaine de randonnée.

De belles orchidées parsèment le sol, il y a une multitude de variétés donnant de belles couleurs tout le long du chemin.

Nous voilà arrivés au Col de Cochemin à 1939m, une petit pause « énergie à engloutir » s’impose et nous prenons le temps de profiter un peu avant de repartir longer la crête en direction du Grand Châtelard.

Derrière nous, le massif de Belledonne où nous étions quelques jours plus tôt pour une belle randonnée jusqu’au Refuge de la Pra.

Nous continuons à grimper le long de la crête.

Nous arrivons sur un superbe petit plateau où la végétation est complètement différente de ce que l’on avait pu voir jusque là avec des gros rochers colorés de mousses jaunies et de joubarbes à leurs pied, le tout à travers de nombreux petits arbustes qui alternent leurs couleurs entre le rouge, le orange et le vert.

Puis nous arrivons enfin au Grand Châtelard, point culminant de la crête et accessoirement… heure du pique nique :) :) Nous nous régalons de bons sandwichs avec un panorama splendide de 360° sur la Vanoise, la Belledonne et la Maurienne ! Une table d’orientation (un peu effacée avec le temps) est disponible pour s’informer.

Nous avons eu la chance d’avoir la compagnie de quelques vautours, qui nous ont offert un balai juste au dessus de nos têtes à notre grand plaisir :)

C’est parti pour la redescente, nous partons en direction de la forêt du Sapey.

Une fois en bordure de la forêt au niveau des petites habitations de la Balme, nous bifurquons pour redescendre vers Jarrier. Nous passons dans les alpages et une fois en bas terminons par une petite partie entre routes et clairières jusqu’à notre parking.

La Maurienne : Albiez-Montrond – La Motte – Le Crêt de la Feisse

albiez-montrond – la motte – le crêt de la feisse

Durée : 7h    –    Dénivelé : 900m    –   Distance : 20km

Superbe 1ère randonnée au pied des Aiguilles d’Arves en Maurienne. Nous avons commencé cette balade depuis Le Mollard à Albiez-Montrond où se situe notre logement pour nous rentre jusque La motte, juste au pied des Aiguilles, pour enfin revenir par le Crêt de la Feisse et sa très jolie forêt.

Après un petit déjeuner face aux Aiguilles, nous nous dépêchons de nous habiller et de préparer notre pique-nique pour partir le plus vite possible. Nous sommes surexcité par cette météo plus que fabuleuse et puis la rando promet d’être belle :)

Nous partons depuis Le Mollard à Albiez-Montrond et partons sur le sentier qui mène à la Basse du Gerbier. Une longue et somptueuse ligne droite nous attend en direction du massif de la Feisse qui nous sépare des Aiguilles. Nous cherchons dans un premier temps à rejoindre l’antenne.

En effet dernière nous, notre village qui commence à se dessiner dans le décors sublime qu’est la Maurienne.

Sur la gauche, les hauts sommets qui nous surplombent et qui ne nous quitteront pas jusqu’aux Aiguilles d’Arves qui se dessinent de plus en plus près devant nous.

Et enfin sur notre droite, des champs fleuris regorgeant de vie où se profile en arrière plan le fascinant Mont Charvin.

Nous continuons d’avancer, nous passons devant un petit hôtel religieux.

Nous traversons le ruisseau du Chapy en contre-bas…

…et passons dans des champs où des multitudes de papillons virevoltent à notre passage, il n’y a pas plus calme et reposant.

    

Puis c’est l’heure de la remonter vers l’antenne, nous passons devant les magnifiques Crêtes de Chanallin.

Une fois arrivée à l’antenne, c’est l’heure d’une petite pause, nous profitons des tables d’orientations installées et de la vue pendant que nous rechargeons les batteries !

Puis nous décidons de prendre le chemin qui part en direction de La Motte car la Basse du Gerbier et un peu trop loin. Là nous avons vraiment l’impression de nous rapprocher des Aiguilles qui sont de plus en plus impressionnantes.

Nous arrivons à un passage de cours d’eau, nous voyons le panneau de notre arrivée juste un peu plus haut, mais impossible de trouver un passage pour rejoindre le pont devant nous !

Après plusieurs tentatives, les névés et passages trop larges ont eu raison de nous. Tampis ! Nous ne ferons pas les 30 derniers mètres ! Nous décidons alors de pique-niquer sur un des gros cailloux au bord de l’eau avec en toile fond nos fameuses Aiguilles d’Arves :)

Le déjeuné engloutis, nous partons en sens inverse. Comme si le temps nous avez attendu, sur le chemin du retour nous voyons derrière nous les sombres nuages s’accrocher à leurs sommets. Nous repassons devant l’antenne et un peu plus bas à un embranchement, partons en direction du Crêt de la Feisse.

Nous montons un chemin bien raide qui nous mène au Petit Bois.

Une fois au sommet nous redescendons par l’autre versant dans une superbe partie forestière.

Belle petite vue de notre village à travers les branches :)

Enfin nous finissons par une partie un peu moins sympa sur DFCI jusqu’au Rieux qui nous auras bien finis les pieds avant de finir carrément sur la route pour remonter jusqu’au Mollard. Mais de petits sentiers qui passent dans les champs de vaches permettent d’éviter la route et d’aller tous droit jusqu’à l’arrivée !

Les Gorges du Verdon

Le Sentier de l’Imbut – Baou Béni – Sentier Vidal :

Sans doute l’une des plus belle randonnée dans les gorges du Verdon. Le sentier longe les gorges dans la forêt et dans les roches, des panoramas formidables, des passages techniques comme on les aiment, le tout sous un beau soleil. La rando est donnée pour 6h mais nous l’avons effectué en 4h30.

Les explications et la carte IGN sont disponible ici :

http://www.visorando.com/randonnee-les-cavaliers-sentier-de-l-imbut-baou-be/

Après s’être garés au parking des Cavaliers, nous attaquons la descente jusqu’aux gorges, une trentaines de minutes dans la forêt sur un sentier accidenté, prévoir de bonnes chaussures !

DSC_0010

Une fois en bas, les cuisses ont déjà bien chauffées mais ce n’est que le début ^^

DSC_0012

On arrive au niveau d’un petit pont, c’est  la passerelle de l’Estellier. C’est le départ du sentier de l’Imbut qui démarre à sa droite. On profite de monter quand même sur le pont pour profiter de la vue.

      

Le sentier de l’Imbut se constitue de passages en fôret le long des gorges…

DSC_0018

DSC_0016

… et de passage dans la roche où il ne faut vraiment pas être sujet au vertige ! Il y a de la hauteurs et seulement une ligne de vie à quoi s’accrocher pour ceux qui on un peu peur. Ici sur la photo ce n’est pas très haut pour le moment ^^

DSC_0027

On arrive au Styx, où se situe un arbre mort qui ravira les amateurs de photographie. Pause gourmande pour se redonner des forces, le site s’y prête à merveille avec une petite ouverture dans la roche et ce panorama superbe.

DSC_0023

Nous continuons la balade en passant de nouveau dans le bas des gorges dans des passages dans la roche.

DSC_0029

DSC_0031

Nous arrivons au croisement avec le sentier Vidal, ici deux possibilités, soit reprendre le chemin du retour par ce sentier, soit aller à l’Imbut à 15min de marche encore avec une fois là-bas la possibilité d’aller au Baou Béni avec un passage très technique. Nous optons pour la 2nde option bien sur !

Le sentier jusqu’à l’Imbut est facile, il se déroule dans la forêt et débouche sur une petite plage en contre bas.

Nous continuons donc jusqu’au Béou Béni, en effet le passage est difficile, il faut marcher de gros cailloux en gros cailloux en évitant de tomber entre où les crevasses fond quelques mètres :/ Le tracé blanc est parfois difficile à trouver et on se perd en un rien de temps dans tous ces gros cailloux ! Nous arrivons tout de même à notre but avec grand soulagement ;) surtout moi !

DSC_0033

Nous pique niquons sur cette plage au bout du monde, pas un touriste nous sommes vraiment tranquille au fin fond de ces gorges.

DSC_0034

20m plus loin se trouve la fameuse pancarte Baou Béni, indiquant le bout du chemin, impossible d’aller plus loin, les gorges se resserrent trop.

DSC_0039

Nous repartons ainsi en sens inverse afin de retrouver le croisement du sentier Vidal. Celui ci demande une certaine condition physique dans le sens où il y a quelques endroits où ça ressemble plus à de l’escalade qu’à un sentier mais nous on adore ça ! Après quelques lignes de vie et échelles …

… la montée continue par une grosse partie forêt et débouche sur la route. C’est la fin des gorges. Il faudra cependant traverser la route et continuer encore à grimper un petit moment avant de déboucher sur le GR plus haut qui nous ramènera tout droit au parking.


Randonnée vraiment spectaculaire que je recommande vivement. Mais à retenir qu’elle est assez technique et vertigineuse et donc non accessible à tous les niveaux. Il est important d’éviter de se baigner, nous n’étions pas au courant et l’avons appris à notre camping, en effet les remous  invisibles en surface peuvent vous clouer au fond de la rivière en un rien de temps.